http://michel.buze.perso.neuf.fr accueil Livre d'or
Si j'ai bien tout lu Freud

Alors si j'ai bien tout lu Freud, hum, le monde aurait deux problèmes : le cul et le fric.
Sachant que tout le monde a un cul, occupons-nous du fric !
Non, parce que le cul, on n'a pas le droit, hein ? Oh ! la la ! C'est sale, hein ? D'abord c'est sale et c'est vulgaire ! C'est vulgaire le cul ! Beurk ! La bite, les couilles, beurk ! C'est sale, c'est vulgaire ! On n'a pas le droit hein !
Et pourtant regardez... Et c'est pas des gros mots... Cul, c'est pas un gros mot en fait !
Prenez lavement par exemple : c'est pas un gros mot lavement.
Et puis c'est dans le cul, c'est de la merde, ça sort, c'est dégueulasse ! Y vous rentre de l'eau... Pfft...
J'te raconte pas l'état du carrelage après...
Fistule, c'est pas un gros mot. Ça coule, c'est du pus, c'est dégueulasse. C'est dégueulasse !
C'est comme convergence, concupiscence, c'est pas des gros mots.
Uranus, orbite, tout çà... c'est pas des gros mots ! On a le droit de les dire. Vous pouvez les dire et tout !
Vis-à-vis des mœurs, alors là c'est très curieux !
On a des idées sur le cul là... et on a des mœurs là... On n'est pas emmerdé ! Ah oui !
Alors que maintenant y a des gonzesses en plus, c'est des libérées tout ça... zzz...
Alors t'as des gonzesses qu'arrivent en minijupes, le genre : "J'avais plein air, je me suis habillée comme ça."
Ben, heu ! Tu la regardes, t'as des yeux ébouriffés, tout ça. T'es prêt à lui grimper aux rideaux ! Ben heu !
La gonzesse, rien qu'avec les yeux elle t'arrache la chemise... Hé hé hé, et puis tu peux pas y toucher !
T'es là, planté avec ton slip " couilles croisées de Playtex ". Tu vois ?
Et tu peux pas bouger là sans compter que ça tasse hein ? ça tasse...
Moi, j'ai un camarade de couleur qui est très avantagé. Pas un Français hein ! Non, non, un Noir.
Il est embêté avec. A chaque fois qu'il bande, il s'assomme. Hein... Passe une gonzesse, vlafff ! Il est emmerdé !
Dans les bals masqués, il s'habille en pompe à essence, alors ça va, comme ça il est peinard. Il est peinard ! Ouais ! il se met le tuyau sous l'bras et hop là ! Non, parce qu'en feuille de vigne, ils font pas sa taille hein ! Remarquez ça veut rien dire hein, la grosseur de la bite hein ?
Moi je m'suis renseigné parce que j'en ai une petite, moi ! J'y ai demandé aux gonzesses, alors elles m'ont dit :
" Non, non, mon vieux, c'est rien. Te casse pas, dors va, c'est rien "
Non, non, paraît que ça sert à rien les grosses bites.
D'ailleurs je vous ferai remarquer que c'est pas ceux qui ont les plus grandes oreilles qui entendent le mieux, hein ! Et d'autre part c'est pas ceux qui courent le plus vite qui sont les plus pressés non plus. Voyez-vous ?
Non, ce que je voulais dire, c'est que le sexe n'est pas une maladie.
En fait Freud a écrit beaucoup parce que Freud écrivait beaucoup à sa mère.
Chère maman, la la la. y a un mec, il lui a dit : " Vous pouvez me signer une décharge ? "
Il a dit : " Faut que j'remonte un peu mon stylo parce que là... c'est un petit peu en panne ! "
Non. Parce qu'y avait la solution des camps de nudisme... Vous savez ? Les camps de nudisme. Tous à poil.
- Bonjour ! Pfrouttt...
- Ça va ? Pfrouttt...
- C'est la nature.
- Non ! Moi, c'est les haricots...
C'est un autre genre. Y a un avantage. C'est le mec qui arrive devant une gonzesse. Il dit : " Je vous aime ! "
Elle dit :" Je vois, monsieur. Oui, ça, je vois ! "
Non, parce que maintenant y a des trucs. C'que je disais à ma femme l'autre jour.
Parce qu'on parle des fois de ça aussi pendant les repas... J'disais à ma femme :
" C'est vrai, on a des relations sexuelles, mais elles viennent pas souvent hein ! Hein ? "
Alors l'autre jour, je rentre, y avait un mec dans le plumard. Alors je commence à gueuler ! Elle me dit :
" Gueule pas hein ! Regarde comment y fait déjà hein ! Parce que... "
Et alors on a des gosses. Ils vont à l'école, maintenant y a des cours d'éducation sexuelle à l'école !
On leur apprend à toucher la bite et tout hein ! L'autre jour, il venait pas dîner. J'suis allé voir dans les chiottes.
J'ai dit : " Bon, quand t'auras fini tes devoirs, tu viens parce que..." ça va pas ça ! Ça va pas... Ah non !
Et puis encore, la bite ça va hein ! La bite ça va encore. Mais alors la merde hein ! Oh ça, faut pas hein !
Tu rentres du boulot, tu dis : " Oh j'ai bien bossé aujourd'hui ! " Ça tout le monde le dit. Bon, ça va.
Tu sors des chiottes tu dis : " Oh ben, j'ai bien chié hein !" Oh non, ça va pas là, oh non ! Oh non"
Y a des trucs on n'a pas le droit hein ! On est drôlement emmerdés !
Oh oui, parce que faut dire que ça a toujours été considéré comme une maladie la bite.
Parce que c'était des histoires. On disait tout le temps : " Oh ben des fois... dans l'désert... les mecs, les légionnaires, ils sont coincés ! Ils courent après les chèvres... tout ça... les petites chèvres comme ça... Mêêêh !!!... y a pas de mais, allez hop là ! "
C'est ça aussi qui fait, ça change tout ! Ben oui ! Puis moi avec les gonzesses, j'ai pas de chance !
A chaque fois que je tombe sur une, ou c'est elle, ou c'est moi qui est marié !
Chaque fois c'est pareil ! Ah oui !
Et puis y a les aguicheuses. Les gonzesses qui arrivent (Deux sifflets.), avec des p'tits nichons mignons :
" Bonjour, ça va ? "
Tan-tan, tan-tan, Igor Barrère présente... Et puis après elles se barrent ! Bon alors ! Je lui fous l'feu moi ? Non !
Non, ça va pas ça ! Les filles... je tiens à vous le dire : " Con promis, chose due. "
Attention, c'est comme la bonne femme qui gueulait chez l'épicier : " Mon mari me fait cocue ! "
L'autre lui dit : " Vous avez du bol, moi, il me fait partout !", alors c'est pour vous dire ! Ah non ! Ça va pas !
J'voudrais vous rappeler avant de vous quitter tranquille...
J'voudrais vous rappeler la célèbre phrase de Confucius, dans sa grande bonté :
" Dans la vie, c'est vrai, il n'y a pas que le cul. Il y a aussi la bite et toutes les couilles. "
Merci Confucius !