http://michel.buze.perso.neuf.fr accueil Livre d'or
Coluche : L'ancien combattant
 
J'regarde si c'est pas miné. Repos la classe !
J'me présente : Dumoulin ! Mais les copains m'appellent Duboudin parce que chaque fois que j'entrais dans la chambrée, y en avait toujours un qui chantait : " Tiens voilà Dumoulin..."
R'marquez faut pas s'plaindre, on n'est pas les plus malheureux !

J'avais un copain y s'appelait Cocu. C'est agréable ! Il osait pas se marier.
Pourtant il en avait trouvé une qui voulait bien. Peut-être pour ça qui voulait pas !
Alors pour se donner du courage, y s'étaient cuités tous les deux.
Il est arrivé devant le maire avec sa promise bourrée.
Tiens... ça fait rigoler ça d'habitude, promise bourrée.
Ah non ! Cuitée ! Promise cuitée, c'est promise cuitée qui fait rigoler !
Vous dérangez pas, j'vais vous la refaire.
Alors il est arrivé devant le maire avec promise complètement cuitée... ça fait rien, laisser tomber !
Enfin, il a d'la chance. Il est mort en 14, au début... comme ça il a pas vu la suite. Il avait été blessé au front... Non, pas à la tête, aux pieds. C'est que ça rigolait pas ! Moi qui vous cause, j'ai été blessé deux fois : Une fois à la l'abdomen, une fois à l'improviste.
Lui, il avait eu le pied comme qui dirait arraché par un obus de passage. Nom de Dieu !
Alors on s'était dit : "On va y couper la jambe le plus haut possible pour pas que ça s'infecte au genou".
Comme on avait rien pour l'endormir, on s'est dit : "On va y crever les yeux pour que le malheureux y voie pas sa misère".
On lui a crevé les yeux et on y a dit : - "On t'racontera".
On a pas eu besoin, il est mort pendant qu'on y cassait l'os... avec des cailloux !
Ah ben, dame ! On n'avait rien !

Ah non de Dieu, c'est qu'la guerre de 14 c'était pas les vacances.
Heureusement dans un sens parce qu'il a pas fait beau. On s'disait toujours : - "Ah ben ! Y f'ra beau demain".
Et beng ! La flotte ! Remarquez faut pas s'plaindre, au Pakistan, y s'disent toujours :
"Ah ben ! On aura une meilleure récolte l'année prochaine". Et beng, la dèche !
Elle est très bonne... J'l'aime bien !
Ah, on a souffert de l'odeur tiens ! Ben vous savez comment ça s'passe ?
Les premiers montent à l'assaut. Y se font tuer à 3 mètres, et après ça pue pendant toute la guerre !
Parce que tout le monde y disait : "Le front ! Le front !".
Mais quand on est arrivés, il existait pas le front, il a fallu qu'on le fasse ! Nom de Dieu !
Les Allemands étaient comme qui dirait à 100 mètres de nous. On leur a dit :
- On fait le front ici !
- Ya !
- On creuse ici !
- Ya, Aufwiedersen !
- Oui ! c'est ça. Aux fines herbes.

Pendant ce temps-là on s'tirait pas d'ssus, sans ça on n'aurait pas fini la guerre. Faut être raisonnable !
Alors, tant qu'on a eu des munitions, ça allait encore mais après... Nom de Dieu !
Ils ont commencé à nous jeter leurs bouteilles de bière. J'ai gueulé ! J'ai dit : - "Y pourraient avoir des poubelles !".
Alors nous, on leur a jeté nos boites de corned-beef pleines. Il nous en restait plein.
Vous savez ? Des petites boites kaki dehors, caca dedans. C'était des boites qu'on avait pendant la guerre de 70...
Ben c'est qu'il en est resté assez pour faire la guerre de 40 !
C'est seulement qu'arrivés en Algérie qui z'ont dit : - "On vous laisse l'Algérie et vous nous reprenez le corned-beef..."
Et c'est plus tard qu'ils l'ont revendu à Jacques Borel.

Remarquez, faut pas se plaindre ! On n'est pas obligés d'y aller hein ! Ah, nom de Dieu !
Mais je regrette pas de l'avoir fait la guerre !
D'abord parce que j'suis pas mort, et puis parce que j'ai été décoré. Ben oui, puisque j'suis pas mort !
A la guerre, on décore ceux qui r'viennent. Ceux qui sont morts, c'est ceux qu'étaient devant.
Ben dame ! On peut pas être partout

Alors j'ai ma pension et puis il y a les commémos. Les commémos, c'est bath ça !
On y va, on pose un bouquet de fleurs, on joue toujours la même chose et puis après on a un banquet avec les copains.
On s'en met plein la gueule ! Bien sûr, c'est pas nous qui paye, c'est vous !
Et puis y a toujours un ministre. En général, c'est Debré. J'sais pas comment y s'démerde çui là !
Il est tout le temps là ! Ah puis c'est un bouc-en-train, nom de Dieu !
T'entends un bouchon qui saute, c'est Debré !
Y en a un qui s'endort pendant le discours de Malraux, c'est Debré !
Y en a un qui s'met un entonnoir pour faire rigoler ses copains, dites-le avec moi : (Le public) " C'est Debré ! ".
Alors ! J'invente pas. Tout le monde le sait : c'est Debré !

Tiens à propos faut que je vous raconte une amecdote.
Figure-toi qu'un jour, c'était la nuit d'ailleurs, après une commémo.
J'sais pas si c'était la chaleur mais tout le monde était ému. Et le p'tit Michel, il était complètement ému !
Alors je lui dis : - "Michel, tu vas pas rentrer dans cet état là à la maison ! Tu vas t'faire engueuler par ta bergère !
On n'est pas riches comme Fréjus, mais on peut loger un copain ".
J'le monte dans ma bagnole. On fait pas 300 mètres, nom de Dieu ! On s'fait arrêter par deux gendarmes !
Je dis au plus grand par la taille : - "Faites attention, le p'tit qu'est roulé en boule derrière, c'est Michel Debré ".
L'autre y m'répond : - "Je sais, moi je suis la Callas et mon copain c'est les Beatles".
Ah, nom de Dieu ! Ils nous emmenés à la gendarmerie, eh ben : Heureusement que Michel Debré avait le téléphone d'Alain Delon sur lui...
Sans ça, on y passait la nuit, mon pote !

-- Coluche